1500 -1560 : Maximilien II de Habsbourg contre les Rois Catholiques

Le XVIè siècle est le creuset de la sidérurgie future, à cette époque, les forges sont des ateliers modestes souvent itinérants et précaires au personnel limité. Les propriétaires exploitants isolés ou associés changent souvent, les plus stables sont les monastères ou les seigneurs locaux. Le fer est écoulé dans les environs proches.

Quelques hommes ont laissé des traces par leur noms inscrits dans les archives des comptes des domaines ou dans les procès opposant les communautés au sujet des bois communaux.

Pierre LE FEIVRE dit d’Avioth à la forge de Montauban (1507), Henrion MALLET à la forge d’Ethe puis à celle de Berchiwé (1520) suivi par Jehan MALAISE (1519) et Gillet L’ALLEMAND de Robelmont (1519), Jean MOREL de LA CLAIREAU (1563)

Ils écoulent, les produits de leurs forges en les vendant aux armées de passage ou aux maréchaux-ferrants et serruriers de la contrée. Ces forges et fourneaux ne fonctionnaient qu’une partie de l’année. Les armes sont un des nerfs de la guerre.

Un changement de paradigme apporte un souffle neuf sur la métallurgie.

Entre 1500 et 1549, Jehan MALAISE, succédé par son fils Petit JEHAN (MALAISE), crée un nouveau courant en associant ses entreprises à des cultivateurs gros propriétaires de forêts, il générera ainsi 300 ans de prospérité dans le pays Gaumais jusqu’en 1855.

Les usines se créeront avec les forges de Montauban-Buzenol (1507), Berchiwé (1519), Orval (1529), La Soye (1538), Bologne (1540), Le châtelet (1564), Villers devant Orval, Muno, Châtillon et sur les territoires des prévôtés d’Étalle, de Chiny et de Virton.

Pendant ce temps, la forgerie du pays de Thionville et celle de l’Eifel connaissent des moments difficiles, les incessants conflits armés entre le roi de France catholique et les principes protestants de l’Empire affectent l’approvisionnement en combustible et en minerai.

Source: google my maps

L’atelier devient usine. Elles se sédentarisent et sont plus organisée et une meilleure cohésion des équipements permet un rendement meilleur. Une forge c’est un haut-fourneau, un marteau, une fonderie, une fenderie et une platinerie, des bois, de l’eau, du minerai et des hommes pour les faire tourner. Progressivement un tournant est pris.

Alors qu’elle était mobile avant le XVIè siècle, l’industrie du fer rejoint les moulins à farine, à tan ou à foulon le long des nombreux cours d’eau afin de se servir de cette force hydraulique offerte par la nature pour animer les souffleries, réglant ainsi le rythme des marteaux de plus en plus puissant grâce à l’arbre à came démultipliant leur force.

Source inconnue – site de Montauban-Buzenol

Le haut-fourneau crée une révolution industrielle

L’invention du “four à pièces”, haut-fourneau muni d’un creuset et garni d’étalages permettant de recevoir plusieurs charges de minerai et de combustible créa une véritable révolution industrielle. Les minerais courants que l’on trouvaient en abondance à fleur de terre, furent largement utilisés pour obtenir la fonte, produit incomplet qu’il fallait ensuite confier à d’autres ateliers pour préparer le fer marchand destiné à la création d’objets pour une clientèle de plus en plus importante.

Au XVIIème siècle, Les usines se multiplieront autour d’Hayange (dont l’existence est attestée dès 1350) ainsi que dans l’Eifel et la Sarre.

La prospérité du fer rejailli sur les acteurs lorrains.

Source des noms de maîtres de forges : L’ère du fer au Luxembourg, Marcel Bourguignon op cité

Généalogie, LE FEIVRE, MALLET, MALAISE, PETIT, L’ALLEMAND, MOREL

Suite du Challenge AZ 2020 D comme D…

5 comments on “C comme Creuset

  1. Tes billets sont très instructifs ! C’est tout un monde qui revit sous nos yeux.

    Aimé par 1 personne

  2. C’est toujours intéressant de revenir aux origines de la forge, des hauts-fourneau puis de la sidérurgie en Lorraine. Même si je connais certains aspects, j’en apprends tous les jours grâce à toi !

    Aimé par 1 personne

  3. Murielle MESTREAU

    Nous allons devenir incollables sur les forges et forgerons grâce à tes articles.

    Aimé par 1 personne

  4. Ping : D comme Dix-septième siècle et métallurgie – A toutes branches

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :