1600: le duché fait partie des Pays-Bas des Habsbourg d’Espagne, les conflits armés sont permanents avec les Valois et les Bourbons de France
qui souhaitent l’hégémonie sur l’Europe. 
1619: l’anéantissement des bois mal gérés entraîne le déclin des forges de la Meuse, la Fentsch et l’Eiffel. 
1615: la Gaume entre dans un cycle de prospérité.


Berchiwé est un site de forges sur les rives de la Chevratte près de Robelmont commune du quartier de Virton, capitale de la Gaume lorraine. Le Duché de Luxembourg est une province étendue que trois départements français actuels. (Prononcez Berchioué)

En 1615, Robelmont, comptait 165 habitants dont 54 bourgeois, paysans pour la plupart, mais aussi des travailleurs du fer aux usines de forges de Berchiwé.

Source : Dénombrement des feux – Conseil de Luxembourg fait à Luxembourg ce 25 d’octobre 1692 était signé MAHIEU
Les prévôtés de Verton et de S.Mard et les Seigneuries adjointes à l’évêché de Verdun p 69 Familysearch

Les richesses naturelles de la Gaume


sont déterminantes dans la possibilité d’exploiter le minerai qui affleure sur le sol et les minières du Sud-lorraine ne sont pas encore découvertes. Au travers des siècles, les gens du fer s’installeront pour créer et entretenir les forges, mais aussi les charbonniers et les bûcherons produisant le bois et son charbon, matériaux utile aux fourneaux.

Au travers de 300 ans d’histoire et 14 générations, la Gaume vivra des épisodes mouvementés par les diverses tractations politiques. La richesse du fer produit par ces usines rayonnera en Europe.

Le nombres de forges est important, il en existe plus de 150, les noms de certains maîtres de forges ont retenus l’attention des historiens, la recherche généalogique faite ici est tournée vers ceux dont on ne parle jamais, les invisibles, qu’il a fallu aller chercher dans les divers registres, leur mise à jour permet de revivre cette épopée du fer de Lorraine.

Source: Torgny en Gaume Par Jean-Pol GRANDMONT — Travail personnel, CC BY 2.0,


Dans la paroisse Saint Martin à Robelmont,

Les registres n’existent qu’à partir du 23 juin 1718 au 30 octobre 1747, grâce au Très digne prêtre et révérend pasteur Henry ALLARD qui à son arrivée en 1718, pris le temps de retranscrire les registres antérieurs, perturbé par l’état “mal en ordre” laissé par le curé précédent non nommé, très laconique, négligent et omettant les informations essentielles de filiations.

Signature de Henry ALLARD curé de Robelmont
Source: Registre BMS de Robelmont, archives de l’État à Arlon

Pour reconstituer le puzzle éparpillé dans ces actes il faut recouper toutes les informations utiles au fil des décennies. Dans cet esprit, je m’attelle à cette tâche et construit une trame de la vie des habitants classés par générations pour que les interactions sociales entre ces gens du fer, apparaissent au fil des relevés.

Source: l’ère du fer en Luxembourg (XVe-XIXe siècle) Annales de l’Institut archéologique du Luxembourg (Tome CXXIV -CXXV) Années 1993-1994) de Marcel BOURGUIGNON

Suite du Challenge C comme C…

4 comments on “B comme Berchiwé, les forges

  1. On voudrait des prêtres comme ça plus souvent

    Aimé par 1 personne

  2. Murielle MESTREAU

    Bon courage pour reconstituer les familles de cette époque. Un beau projet, en tout cas.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :