Depuis la mise en ligne des données généalogiques et grâce à l’informatique nous sommes maintenant capable de récolter un nombre grandissant de documents. Beaucoup récoltent et produisent des documents aux yeux des autres sans mentionner l’endroit où ils les ont trouvés. C’est gênant à plus d’un titre. L’endroit où l’on trouve le document s’appelle une source. Il peut s’agir d’un document d’archives départementales, communales ou d’état, il peut s’agir de livres, documents et autres.

Quels sont les avantages ?
  • ·          Une source doit pouvoir être retrouvée facilement, il suffit pour cela d’ajouter son adresse. Soit en note de bas de page, soit en renvoi ou tout simplement à côté du document.
  • ·         Une source respecte la propriété intellectuelle de l’auteur de la production. C’est donc un acte important que de l’ajouter.
Dans nos logiciels, lorsque nous voulons ajouter un média, il nous demande quelle est la source. Au début, quand on n’est pas familiarisé avec le système, on ajoute un tas de sources et finalement au plus il y a de documents autant il y a de sources et de redondances. Ça aurait pu être simple, c’est devenu compliqué. Essayons de retrouver la simplicité dans les visites virtuelles ou pas.
Pour la France : Les archives départementales se trouvent dans chaque département, si je vais en Vendée ce sera donc Archives départementales de Vendée ou AD85.
Les archives trouvées à l’étranger peuvent être nommées 99, mais il est mieux de restitué le pays.
Pour les USA : lors de recherches d’émigrants, la source est Ellis Island. Comment écrire cela ?
Pour la Belgique ce sont les Archives de l’Etat qui produisent les actes. Il y a neuf provinces belges. La province du Luxembourg a deux bâtiments d’archives de l’Etat, l’un à Arlon pour les archives « modernes » et l’autre à Saint-Hubert pour les archives antérieures à 1800. J’ai appris dernièrement qu’elles étaient fermées. Grand bien m’a pris d’y aller en 2014 lors de mon généavoyage car j’y ai découvert des documents très précieux à mes yeux.  AE Archives de l’Etat initiales du pays B pour Belgique et ensuite la région. Lux pour Luxembourg 1 pour Arlon et 2 Pour Saint Hubert.
La bonne idée serait donc de créer un dossier AD85 avant de faire des recherches, de glisser toutes les découvertes et de les traiter ensuite en les référençant.
Vous allez en Italie, pas de problème, le système est le même. Il ne nous reste plus qu’à ajouter cette cote au référencement de l’individu
S’il s’agit d’archives découvertes dans la famille trouver une référence qui rappellera l’endroit. AF pour archives familiales.
Oui mais voilà, si c’était si simple ! Dans quel registre l’avons-nous trouvé cet acte tant recherché et comment aller le retrouver parce que, on vient de l’effacer par mégarde ? Faut-il recommencer toutes les recherches ?
SI je prends la première idée j’ai le genre de tableau ci-dessous :
NICOLAS Emile 1877 – 1946
Sous dossier 1/ documents officiels

Acte de naissance
N
NICOLAS Emile 1/N 1877/AEBELLux1
Acte de mariage
X
NICOLAS Emile 1/x 1910 ROBLAIN Marie   AEBELLux1
Acte de Décès
D
NICOLAS Emile 1/D 1946  AEBELLux1
Carnet de mobilisation
MIL (pour militaire)
NICOLAS Emile 1/MIL 1897
Nous nous heurtons à un problème de longueur, de plus il manque le document précis.
Que fait-on ? Je demande de l’aide : Et voici la réponse de quelques compagnons d’infortune.
Jimbo dans d’Arverne et d’Armorique  traite de ce problème en l’expliquant très bien. « J’ai donc pris le parti de ne créer QU’UNE SEULE source pour l’ensemble des registres paroissiaux et de l’état-civil d’une même commune, dès lors que cette commune se retrouve à plusieurs reprises dans ma généalogie. » Il nous décrit sa méthode et elle me semble coller avec ce que je voudrais obtenir.
Il cite également Sophie BOUDAREL qui a elle-même rencontré la problématique des sources et explique son raisonnement dans l’article : comment utiliser les sources en généalogie
« Je me suis retrouvée avec un dictionnaire des sources conséquent, puisque je raisonnais 1 évènement = 1 source. Même avec une codification simple, associer une source est devenu problématique. »
Et enfin Brigitte S du blog chroniques d’antan, explique son retour d’expérience après la lecture des deux premiers cités : « J’ai l’impression d’avoir enfin mis en place une organisation pérenne, un système que je n’ai pas envie de modifier au bout de quelques mois. Pourvu que ça dure …. »
Je vous avoue que je n’ai pas encore entrepris de renommer mes sources, mais la lecture et le suivi pas à pas de ces articles devrait produire quelque chose qui a du sens. Je vois quelques défauts dès le premier coup d’œil et ce uniquement parce que je potasse le sujet de l’archivage à fond depuis 28 jours.
Il me semble que nous sommes un peu les pionniers d’un nouveau système et sans l’expérience des uns et des autres ainsi que le partage de ces challenges AZ, nous n’aurions pas autant avancé dans ces recherches.
Et vous comment faites-vous ?

4 comments on “S comme Sources

  1. J'ai pris le parti de une source = une commune.Je n'enregistre quasiment aucune image d'acte sur mon PC, seulement les plus \ »remarquables\ ».J'ai Heredis, et j'indique le numéro de page du registre sur lequel se trouve l'acte en note de source, pas en note d’événement.Par contre, je me rends compte que je devrais peut-être préciser en note (de source ou d’événement), la côte exacte du registre concerné…Et comme Jimbo, pour moi le but est que quelqu'un qui vient sur ma généalogie soit capable de retrouver l'acte concerné tout seul.

    J'aime

  2. Merci pour la citationJe n'ai toujours pas fini de renommer mes sources, mais depuis maintenant 2 ans, je continue d'appliquer le meme système, que j'ai adapté pour les actes notariés, et j'en suis contente. J'utilise les fonctions de recherche de Windows quand je veux trouver un acte sur mon pc, et hopEt je fais de moins en moins de copie d'écran d'actes, une référence de vue, ou si il y a un permalien, le permalien avec les autres références : AD-Registre-vue + lien en note d'événement, et aussi bien moi que les visiteurs de mon arbre, on trouve tout de suite ce qu'on cherche. Ca me suffit

    J'aime

  3. Bonjour Valérie, Merci pour ce retour. C'est compliqué en effet de ne rien oublier. Je pense que c'est un automatisme à acquérir. Bonne lecture, Brigitte

    J'aime

  4. Bonsoir, Je prends note 😉 et vais suivre l'affaire de près. bon challenge AZ, Brigitte

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :