Il n'est jamais trop tard pour apprendre et s'améliorer

Glaner c’est le précieux geste que je fais tout au long de ces recherches, les petits détails viennent enrichir le tableau. Les registres nous apprennent au fil des actes les informations sur les fratries, les parrains et marraines et même les témoins de mariage.

Voilà plusieurs années qu’à Robelmont, certains quittent un temps leur habit professionnel pour devenir maire, échevin, marguillier, synodal ou mambourg. Qu’ils soient maîtres de forges, censier, fermiers, cultivateurs, forgerons, maréchaux-ferrants, ils s’engagent dans des postes à responsabilités. Ces fonctions demandent quelques connaissances en lecture et écriture.

Jacob HABRANT illustre bien cette ascension sociale


Jacob est un des fils de Jacques le jeune (~1703-1750), fils de Thomas 2*, forgeron, maître affineur et aussi maire de Robelmont.

Son père Jacques le jeune HABRANT se marie à 2 reprises.
D’abord avec Marguerite THONNE (~1704-1729), qui met au monde au moins trois enfants Jacques en 1724, un autre Jacques en 1727, dont on peut se demander au vu du prénom si le premier a survécu et enfin Guérin né le 13 mars 1729, Marguerite meurt le 25 mars 1729, soit 12 jours après la naissance de son dernier fils, très probablement un mauvais retour de couches.

Deux ans moins un jour plus tard, le 24 mars 1731, il épouse Catherine ALLARD (~1711-1752), elle s’occupe certainement des premiers enfants de Jacques et 5 enfants naissent de leur union, Marie en 1732, Gabriel en 1733, Jacob en 1735, Jeanne Catherine en 1739 et Jean Baptiste en 1741. Jacob est donc le 6ème enfant de Jacques le jeune, son parrain est Jacob ALLARD et sa marraine Élisabeth FRANÇOIS son épouse.

Le 24 juillet 1750, le drame arrive et Jacques son père meurt sans plus d’explications dans l’acte, il n’est pas impossible qu’il ait fait partie des accidentés de la forge, je ne l’ai repris dans le tableau car je n’avais pas davantage d’indices. (voir I comme incidents de la vie ). Jacob a 14 ans. La vie ne l’épargne pas, car sa mère, décède en 1752, deux ans après son père.

Dans la fratrie, les aînés, Jacques 24 ans et Guérin 22 ans connaissent la triple peine d’avoir perdu leur mère, leur père et leur belle-mère, il reste 5 autres orphelins, Marie 19 ans, Gabriel 18 ans, Jacob qui a 16 ans et après lui deux enfants de 12 et 10 ans. Les aînés les ont-ils pris en charge, les registres ne le disent pas.

Jacob né le 30 juillet 1735 a 24 ans et épouse Élisabeth ALLARD, sa cousine, un jour il devient maire comme son père.

Le couple aura 10 enfants, dont 3 meurent en très bas-âge, le dernier fils, jumeau de Nicolle, ne survivra que quelques heures, Laurent à 20 jours, Henri à 4 mois, les deuils s’accumulent dans sa vie.

Élisabeth meurt le 31 mai 1801 (11 prairial an IX) à 61 ans et il s’éteindra le 1er septembre 1804 (14 fructidor an XII) à l’âge de 69 ans après une vie bien remplie, journalier, puis forgeron et maire, il terminera manouvrier .

Cette histoire est probablement identique à celle que l’on peut découvrir à l’analyse détaillée des actes. Parmi les gens de fer, il y eu plusieurs maires ou mayeurs, échevins et maîtres d’écoles.

Vous trouverez ci-dessous une infographie des différentes fonctions occupées par les habitants de Robelmont entre 1650 et 1807.

Lire la suite du challenge AZ avec la lettre M comme Maît…

0 comments on “L comme lecture, écriture et ascenseur social

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :