Branche GUEBELS ChallengeAZ généavoyage Les tutos

P comme Patard, liard et sol: 26 lettres pour un Généavoyage


P
Comme Patard ! Patard ? C’est bien la première fois que je vois ce mot. Mais de quoi s’agit-il donc ? Il va falloir que je me renseigne pour raconter cela aux jeunes. Je me trouve dans la salle de lecture des archives et m’interroge. Dans le texte, il est question de patards, liards, tournois et sols. Liards et sols sont de la monnaie, alors le patard et le tournois aussi ? Aussitôt rentrée une recherche s’impose qui m’amènera à ceci :
Je suis plongée dans un registre intitulé : 888 estampillé Archives Arlon

Engreux Cour foncière de Saint Jean L’Evangéliste Œuvre de loi 10 mai 1781- 14 septembre 1795

A vrai dire n’étant pas historienne, je n’ai aucune idée de ce dont il s’agit. Je suis juste attentive à ne pas abîmer ce trésor. 
La première page indique :

Registre appartenant à la cour foncière de Saint Jean L’Evangéliste d’Engreux pour servir aux transports qui se feront à la ditte cour commençant le 10 mai 1781
Les cens qui se païent à la ditte cour se trouve à la fin du registre  inscrits par le soussigné clerc juré C Jh Servais 1781
Je tourne les pages essayant de comprendre ce que contient ce registre et p 109 là que je découvre
Vellereux
Les allemands demi patard
Les Rouvaux demi patard
Le révérend curé quinze tournois faisant deux sols et demi

Compogne
Jean Maker Six Priquette ?que païe Jean Matthieu
Jean de Bastogne un patard et un bon liard

 
J’ai vraiment besoin de rafraîchir ma mémoire car il me semble bien que la révolution ne soit pas passée par là, nous sommes en pleine période féodale, la dernière ligne du registre l’indique. ‘Le cens’
Petit lexique abrégé :
Vellereux et Compogne sont deux villages autour d’Engreux.   

Vous avez rencontré le révérend curé Fernus lors du mariage de Jean Michel SERVAIS à la lettre K du généavoyage.
Le cens : la redevance 
Le cens est la redevance annuelle, foncière et perpétuelle qui est due par celui qui possède la propriété utile d’un fonds, appelé censive, à celui qui en possède la  propriété éminente, appelée seigneurie. Le censitaire est en général roturier, mais il peut aussi être noble ou ecclésiastique.
 La censive peut consister en une terre, une parcelle bâtie dans une ville, un moulin ou un bac sur une rivière, un péage sur un chemin, des têtes de bétail avec un droit  pâturage, mais aussi un domaine important comme un prieuré. Celui qui reçoit le cens est toujours considéré comme noble.
En donnant le cens, le censitaire reconnaît symboliquement être assujetti à celui dont il tient son fonds ; en recevant le cens, le seigneur direct confirme son obligation d’assurer au censitaire une possession juste et paisible. La convention entre le censitaire et le seigneur fait l’objet à chaque mutation, d’une « reconnaissance » ou d’une « investiture » ou « investition » lorsque c’est une censive roturière, mais aussi parfois un hommage quand c’est un domaine noble.
La valeur du cens est immuable, elle n’est pas négociable entre les propriétaires utiles et éminents : son montant, en général stipulé en nature, est supposé avoir été fixé de façon immémoriale entre les prédécesseurs du premier censitaire et du premier seigneur. Lorsqu’elle est convertie en argent, le censitaire roturier a toujours la possibilité de la payer en nature.
Le cens doit plutôt être considéré comme un impôt local que comme un loyer : il correspond spécifiquement à la prestation de justice et de sécurité que la seigneurie (ou la ville souveraine) doit assurer à ses habitants. C’est donc le revenu noble par excellence. D’autres impôts, comme les corvées, la taille ou les dîmes, financent les autres « services publics » comme l’entretien des chemins de la seigneurie, ou de l’église dans la paroisse.
Pour faire l’inventaire des censives, les seigneurs devaient obtenir l’adhésion et la participation active des tenanciers pour venir déclarer, devant le notaire choisi par le seigneur, le montant et la nature des redevances qui leur incombaient, et décrire les terres sur lesquelles elles étaient assises.
Les monnaies : le patard, le liard, le sol 
Le patard:  
Monnaie frappée au XVème  aux Pays-Bas bourguignons (aujourd’hui Belgique, Luxembourg, Pays-Bas, et le Nord de la France). Elle est frappée premièrement en 1433, en Flandre, dans le Brabant, au Hainaut, et en Hollande. Luxembourg.
A l’époque l’église évangéliste d’Engreux faisant partie du diocèse de Liège, les terres étant proches, il est donc possible que les monnaies aient été mélangées. Philippe le Bon a fait frapper des patards en Allemagne pour le Duché du Luxembourg  (blason du lion sur lignes horizontales), évêchés de Liège et d’Utrecht, et duché de Gueldre. Source wikipedia

N’étant pas numismate, ces pièces sont montrées ici à titre indicatif, pour plus de précisions sur les pièces émises voici un forum qui me semble intéressant.
Les pièces ne sont pas toutes gravées par le même atelier et chaque graveurs avait un peu de liberté sur certains motifs aussi ne sont-elles pas toutes semblables.

La difficulté de découverte de la bonne monnaie m’a encore une fois confrontée à la difficulté de comprendre comment et ce qui s’est passé dans l’histoire du Luxembourg. Après toutes ces années, je me demande bien ce qui a pris à mes enseignants pour si mal nous apprendre l’histoire ! Voilà le coup de gueule est lancé, les choses sont dites.  Raconter en deux mots que la Belgique est née en 1830 pour créer un état tampon entre l’Angleterre et l’Allemagne est tellement réducteur que ceux qui propagent cette idée devraient en avoir honte !
Oublier qu’une province entière nommée Luxembourg a successivement fait part de marchandages politiques des grandes familles françaises, espagnoles, bataves, allemandes et autrichiennes et j’en passe est carrément du déni d’individus vivant dans ces régions. Qu’on ne s’étonne pas alors qu’on nous surnomme aussi les irréductibles gaulois !
A l’avenir dans ce blog, (il est vrai que cela me démange depuis pas mal de temps) je vais essayer de rétablir la chronologie des époques historiques afin de mieux comprendre dans quoi et comment vivaient mes ancêtres. Une page histoire et chronologie va être créée dans les prochaines semaines. Après le Challenge, j’y consacrerais un peu de temps. Donc pour ceux que cela intéresse rendez-vous dès sa mise en place.
Ressources ET Liens 
La monnaie et les numismates un forum
Un site de vente

0 comments on “P comme Patard, liard et sol: 26 lettres pour un Généavoyage

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :